Le carnaval de Petrouchka

Publié le par Claire Pallière

Jeudi 5 juin 2014, la mairie de Saint-Mandé organisait un concert interprété par un orchestre de douze musiciens dirigé par un jeune chef d’orchestre Saint-Mandéen, Antonin Rey. La plupart des musiciens sont résidents de Saint-Mandé ou sont professeurs au conservatoire de la ville.

Tout commence avec une formation de 9 musiciens pour un « Carnaval des animaux » de Saint-Saëns qui ouvre le bal. Du lion au cygne dont la partie musicale est devenue mondialement connue, nous traversons les univers de chacun, de l’imposant éléphant au plus petit fossile. Les animaux du zoo de Vincennes si près, doivent frémir en entendant les évocations musicales si justes de leurs frères et soeurs, transformés en piano, violons, contrebasse, violoncelle, flûte traversière... Interprété par le comédien Laurent Rey, le texte de Roland Blanche, intelligent, drôle et cocasse s’intercale brillamment entre chaque mouvement.

En deuxième partie la fête continue, et nos excellents musiciens entament une version inédite pour 13 musiciens du « Petrouchka » de Stravinski, histoire slave bien cruelle pour le jeune héros. Le grave basson, la joyeuse et terrible trompette, l’ingénue clarinette, le cor, le hautbois prennent place dans la première formation ; la foire russe se dessine devant nos yeux, les marionnettes du vieux maitre dansent et le fantôme de Petrouchka finit par planer sur la salle des fêtes de la mairie de Saint-Mandé.

Un vrai moment de bonheur, de sensibilité, de partage de culture faite pour tous, grands et petits.

Tous ??? Mais où sont-ils ces grands et petits ? Ces jeunes qui apprennent la musique et qui sont de plus en plus nombreux dans la commune ? Ces personnes âgées à qui l’on propose mille et une activités ? Ces familles ? A peine une cinquantaine de sièges sont occupés !!

Pourquoi si peu de monde ? Manque de communication ? Où a-t-on pu lire cette information ?

  • Dans le « Saint-Mandé infos » reçu il y a déjà longtemps.
  • Dans le « petit Saint-Mandéen » que nous avons eu dans nos boites aux lettres le jour même de cette soirée. Le concert est indiqué à droite de la première page, « sur l’agenda », sans aucun détail sur le programme de la soirée. (A noter que certaines manifestations inscrites sur cet agenda avaient déjà eu lieu lors de la réception !!).
  • Quelques affiches chez les commerçants et dans la rue mais rien sur les panneaux devant les écoles, aucune info communiquée aux élèves à qui ce spectacle s’adresse vraiment.
  • Les associations de la ville, comme celle du bel âge par exemple, ont-elle été prévenues ?
  • Comment s’est passée la diffusion auprès des élèves et des parents dans l’enceinte même du conservatoire ou des musiques actuelles ?
  • Et sur le site de la mairie ? Il est toujours compliqué de trouver les pages cultures sur ce site assez opaque et dans l’agenda, l’affiche du concert est perdue au milieu de celle de l’exposition sur la « Grande Guerre » qui est reproduite tous les jours !!

En conclusion, un manque de diffusion de l’information en temps et en heure et une confusion dans la conception des médias qui pénalisent un grand nombre de citoyens de cette ville.

Comment peut-on accepter de voir une salle remplie au cinquième de ses capacités ? Comment ne pas avoir honte face à cette formation qui a produit un concert magnifique et qui nous a tant donné ce soir ?

Une profonde réflexion sur une véritable programmation et sur la politique culturelle de la ville devrait être mise en place. Cela permettrait aux habitants de mieux cibler leur choix et de ne pas oublier de venir à ces belles soirées artistiques aujourd’hui trop disparates et mal exploitées.

Nathalie Sarles

Le carnaval de Petrouchka

Publié dans Communication

Commenter cet article